Aller au contenu principal

COUR DE CASSATION : Deux magistrats expérimentés pour renforcer « la juge des juges »

La Cour de cassation a organisé une audience solennelle d’installation de deux nouveaux membres, le 4 juillet 2012 à Ouagadougou. Ainsi, Birika Jean Claude Bonzi et Jean Emile Somda ont été invités à occuper leurs sièges respectifs de président de chambre et de conseiller.

Deux grosses pointures sont venues renforcer la Cour de cassation. C’est ce qui ressort de la déclaration du premier avocat général, Armand Ouédraogo, à l’ occasion de l’audience solennelle d’installation de Birika Jean Claude Bonzi et Jean Emile Somda en qualité de président de chambre et de conseiller, le 4 juillet 2012 à Ouagadougou. De son avis, la Cour de cassation, de par ses attributions, juge des juges, ne peut mener efficacement sa mission qu’avec des magistrats ayant obtenu de sérieuses références dans des juridictions de fond. Il a indiqué que ce sont les critères d’ancienneté et d’expériences qui ont prévalu à la nomination de ces deux magistrats qui ont intégré le corps depuis trois décennies. Puis de dire que messieurs Bonzi et Somda sont tous deux, de grade exceptionnel, dernier échelon, décorés de la médaille de chevalier de l’Ordre national. M. Ouédraogo a souligné qu’ils sont dotés de solides expériences qui ne laissent planer aucun doute sur leurs aptitudes à exercer leurs nouvelles fonctions.

A l’en croire, Birika Jean Claude Bonzi a été, entre autres, président du Tribunal de première instance de Kaya et cumulativement juge d’instruction, procureur général près de la Cour d’appel de Bobo Dioulasso, premier président de la Cour d’appel de Ouagadougou, président du Tribunal de première instance de Ouagadougou, conseiller à la Chambre judiciaire de la Cour suprême et à la chambre commerciale de la Cour de cassation. Sans compter qu’il a également occupé d’autres fonctions non juridictionnelles : conseiller juridique du président du Faso, enseignant de droit privé à l’Université de Ouagadougou et vice-président du Conseil supérieur de la communication. C’est probablement ce qui a justifié la présence de Béatrice Damiba, présidente de ladite institution à l’audience. Quant à Jean Emile Somda, il a, entre autres, été président du Tribunal de première instance de Kaya, chef du cabinet populaire d’assistance judicaire à Bobo Dioulasso, président du Tribunal de grande instance de Ouagadougou, président de Chambre à la Cour d’appel de Ouagadougou, premier président de la Cour d’appel de Bobo-Dioulasso.

De même qu’il a exercé d’autres fonctions, parmi lesquelles, celles de ministre de la Fonction publique, de conseiller technique du ministre de la Justice, de juge à la Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples et de conseiller aux affaires juridiques au bureau du représentant spécial du facilitateur du dialogue inter-ivoirien. Fort de ce constat, le premier président de la Cour de cassation, Abdouramane Boly, a fait savoir : « leurs états de services respectifs et leurs anciennetés dans la profession me dispensent de leur prodiguer des recommandations d’usage ». De ce qui précède, il leur a souhaité la bienvenue à la Cour de cassation. Tout en espérant être à la hauteur des attentes suscitées par sa nomination au titre de conseiller, Jean Emile Somda a dévoilé le rôle qu’il va jouer : « en tant que membre du siège, je participerai à l’étude des dossiers, à la rédaction des rapports et aux délibérations de la Cour de cassation ». Il a mentionné que le président peut lui confier des fonctions que bon lui semble. Le président de Chambre, Birika Jean Claude Bonzi, lui, a signifié qu’il va présider la Chambre chaque fois qu’ils vont avoir des cas de jugement. Il a fait comprendre qu’au regard de son parcours, ce sont des sentiments de justice qui l’animent. Ce faisant, il a laissé entendre qu’il se dispose à servir le Burkina Faso à d’autres postes de responsabilité.

Adama BAYALA et Yasmina CONOMBO